Rôle des jus de fruits dans la réduction de l'inflammation

L'inflammation est un indicateur de stress à l'intérieur du corps et on croit qu'elle influence la physiopathologie de conditions telles que le diabète, la résistance à l'insuline et les maladies cardiovasculaires. Une étude réalisée au Brésil a examiné l'impact de deux différents repas riches en matières grasses sur les marqueurs inflammatoires lorsqu'ils sont servis avec de l'eau ou du jus d'orange (une source de nutriments antioxydants). 

L'essai croisé randomisé chez 55 femmes en bonne santé a consisté en un repas riche en acides gras saturés (37,6 % d'énergie), tandis que l'autre moitié a reçu un repas riche en acides gras monoinsaturés (56,3 % d'énergie). Les femmes ont également bu 500 ml de jus d'orange (test) ou de l'eau (contrôle) avec le repas. 

Les résultats ont montré qu'un apport élevé en graisses saturées favorisait l'inflammation par rapport à un repas riche en acides gras monoinsaturés, mais l'impact négatif des acides gras saturés a été atténué par le jus d'orange pour certains biomarqueurs inflammatoires, en particulier l'IL-17A. 

Dans d'autres recherches, une étude en laboratoire chez 12 personnes en bonne santé a révélé qu'un repas riche en graisses et en glucides stimulait les voies inflammatoires lorsqu'il était consommé avec de l'eau ou une boisson au glucose. En revanche, cet effet était supprimé lorsque le repas était consommé avec du jus d'orange. Les chercheurs ont alors suggéré que le jus d'orange élimine l'inflammation induite par le régime alimentaire en inhibant l'expression des récepteurs et l'endotoxémie. La consommation de jus d'orange a été associée à une augmentation de 28 fois la protéine de la leucémie aiguë promyélocytaire (LAP), dont on croit qu'elle joue un rôle positif dans l'organisme. 

Les auteurs de ces études ont conclu que la consommation de jus d'orange peut aider à contrer l'inflammation d'origine alimentaire ainsi qu'à réguler l'expression de protéines clés telles que la LAP impliquées dans la santé humaine. Des essais de plus grande envergure sont maintenant nécessaires pour confirmer ces résultats. 

Références

[1] Rocha DMUP et al. (2017)

Orange juice modulates proinflammatory cytokines after high-fat saturated meal consumption. Food Funct 8(12): 4396-4403

[2] Chaves DFS et al. (2017)

Proteomic Analysis of Peripheral Blood Mononuclear Cells after a High-Fat, High-Carbohydrate Meal with Orange Juice. J Proteome Res 16(11):4086-4092