Le jus d’orange dans le cadre d’un régime hypocalorique entraîne une perte de poids et améliore les marqueurs biologiques relatifs à l’obésité

Certains nutritionnistes lient consommation de jus d’orange et prise de poids en raison de la quantité de sucre, mais cette association n’a jamais été prouvée par des essais d’intervention de grande qualité. 

Même absence de preuves dans les données épidémiologiques : dans leur ensemble, elles ne montrent aucun lien entre boire du jus d’orange et le risque de surpoids ou d’obésité. 

Un essai contrôlé randomisé brésilien a récemment étudié ce lien auprès de 78 personnes obèses suivant un régime. Les participants devaient suivre un régime hypocalorique pendant 12 semaines en buvant ou non 500 ml de jus d’orange par jour. Notez que cette quantité est supérieure aux 150-200 ml recommandés dans les pays européens. La quantité de nourriture ingérée a été enregistrée et analysée six fois au cours de cette période. Les résultats ont montré une perte de poids et de tissu adipeux parmi les personnes au régime. 

Grâce à cette perte de poids réussie, on constate une amélioration importante de la sensibilité à l’insuline (index de HOMA) et du niveau inflammatoire dans les deux groupes. Toutefois, ces marqueurs sont significativement meilleurs chez les personnes ayant consommé du jus d’orange. Par exemple, dans le groupe en ayant consommé, le taux d’insuline a diminué de 18 %, la protéine C réactive a diminué de 33 %, et le ratio cholestérol total/cholestérol LDL a baissé de 24 %. 

En ce qui concerne les changements alimentaires, le groupe jus d’orange enregistre une augmentation significative de vitamine C et de folate (163 % et 62 % respectivement) par rapport au groupe de contrôle. La consommation de jus d’orange a amélioré l’apport de folate pour atteindre 95 % de l’apport journalier recommandé. En ce qui concerne la vitamine C, la consommation a augmenté de 500 % et dépasse l’apport journalier recommandé, même si elle reste largement dans les limites supérieures tolérées (c.-à-d. que la consommation est généralement reconnue comme sans conséquence nocive). 

Les chercheurs ont en conclu que, lorsqu’il est bu dans le cadre d’un régime hypocalorique, le jus d’orange n’a pas empêché la perte de poids, mais a amélioré de manière significative la sensibilité à l’insuline, le profil lipidique et l’état inflammatoire par rapport au groupe n’ayant pas consommé de jus d’orange. Par conséquent, boire du jus d’orange pourrait présenter des bienfaits plus larges en termes de santé pour les patients au régime qui veulent perdre du poids.