Obésité

Avis : Les informations publiées sur cette page s'adressent aux professionnels de la santé et aux publics affiliés. Veuillez consulter votre professionnel de la santé avant d'apporter des changements à votre régime alimentaire.

 Qu’est-ce qui provoque l’obésité ?

Contrairement à ce que prétendent certains gourous de la perte de poids et des régimes à la mode, la prise de poids s’explique scientifiquement par le fait qu’on consomme plus de calories qu’on en dépense. Elle survient quand une consommation accrue de calories n’est pas compensée par une augmentation équivalente de l’activité physique. La prise de poids peut aussi intervenir quand la baisse de l’activité physique ne s’accompagne pas d’une baisse de l’apport calorique. L’obésité est généralement le résultat d’un déséquilibre énergétique poussé à l’extrême.[1] Cette prise de poids supplémentaire peut augmenter le risque de problèmes graves de santé tels que les maladies non transmissibles (MNT) : maladies cardiovasculaires, diabètes et certains types de cancer.

Comment prévenir l’obésité – et pourquoi ? 

Le surpoids et l’obésité, ainsi que d’autres MNT (Maladies Non Transmissibles) qui leur sont associées, sont en grande partie évitables. Au niveau individuel, chaque personne peut réduire le risque de prise de poids morbide en limitant l’apport énergétique journalier en graisses et en sucres, en augmentant la consommation de fruits et de légumes, de légumineuses, de grains entiers et de noix ; et en menant une activité physique régulière.[1] Selon l’OMS, inclure des fruits et des légumes dans l’alimentation quotidienne peut même réduire le risque de certaines MNT, dont les maladies cardiovasculaires et certains types de cancer. Des données empiriques plus limitées suggèrent que consommés dans le cadre d’une alimentation équilibrée, à teneur réduite en graisse, sucres et sel/sodium, les fruits et les légumes peuvent aussi contribuer à prévenir la prise de poids et réduire le risque d’obésité, un facteur de risque indépendant des MNT. 

Comment les jus de fruits peuvent-ils s'inscrire dans un régime alimentaire équilibré ? 

Reconnu par de nombreux gouvernements et autorités sanitaires européens comme une portion de fruits dans leurs directives alimentaires, le jus de fruits contient des vitamines et des minéraux essentiels à la santé (par exemple, le jus d'orange est une riche source de vitamine C). C'est un moyen pratique d'augmenter la consommation de fruits et de contribuer à un régime alimentaire sain.[2]  Le jus de fruits n'est pas un aliment très calorique et, avec modération, il ne contribue pas à l'obésité. En fait, un petit verre de jus d'orange contient 62 kcal, ce qui représente environ 3 % des calories quotidiennes d'une diète recommandée de 2000 kcal pour les femmes.

Que disent les études scientifiques portant sur la consommation de jus de fruits ?

Plusieurs études de grande valeur scientifique (dont des analyses, des essais contrôlés randomisés et des cohortes) ont étudié l’association entre les fruits, les légumes, les jus de fruits et de légumes, et la perte de poids. L’une de ces études, portant sur 13 450 participants (enfants et adolescents) conclut que : « La consommation de jus de fruits est associée de manière négative à l’obésité ».[3] Ce qui signifie que pour cette étude, la consommation de jus de fruits n’est pas un facteur déterminant de l’obésité des enfants et des adolescents. Une analyse de la NHANES (1999-2004), réalisée en 2010 et publiée dans le Journal de l’American College of Nutrition, a étudié l’association entre la consommation de jus de fruits et les risques d’obésité et de syndrome métabolique chez l’adulte. Elle montre que « par rapport aux personnes n’en ayant pas consommé, celles ayant bu des jus de fruits étaient plus minces, plus sensibles à l’insuline et présentaient des risques plus faibles d’obésité et de syndrome métabolique. » 

Quel rôle les producteurs de jus de fruits peuvent-ils jouer ?

Dans sa fiche d’information sur l’obésité (2016), l’Organisation mondiale de la santé affirme que l’industrie alimentaire peut jouer un rôle significatif dans la promotion d’une alimentation saine en réduisant la teneur en graisse, sucre et sel des aliments transformés.[1] Les jus de fruits font déjà l’objet d’une transformation minimale (pressés et pasteurisés) et ne contiennent aucun sucre ajouté. En fait, l’ajout de sucres dans les jus de fruits est interdit par une réglementation européenne spécifique. Les sucres, les glucides et les fibres présents dans ces jus sont naturellement issus du fruit entier pressé. Par ailleurs, il est interdit de toucher à la composition des jus de fruits, de quelque manière que ce soit (retrait de sucres, ajout de fibres...). Dans le cas contraire, les produits ne peuvent plus utiliser la dénomination "jus de fruits", conformément à la réglementation.