Rôle des jus de fruits dans l’alimentation

Le profil de santé d'une personne qui boit du jus de fruits

Les jus de fruits sont des contributeurs importants à la quantité quotidienne recommandée de vitamine C. La vitamine C aide à la formation de collagène, ce qui est bon pour les os, le cartilage et les veines.
Le jus d'orange est une source de potassium qui contribue au bon fonctionnement des muscles et au maintien d'une pression artérielle saine.
Le jus de fruits contient de l'acide folique, qui contribue à la croissance du placenta pendant la grossesse, le fonctionnement normal du système immunitaire et la réduction de la fatigue.
Le jus d'orange a un indice glycémique (IG) de 50, ce qui est faible. Les méta-analyses fournissent des preuves indiquant que la consommation régulière de jus de fruits n'augmente pas le risque de diabète de type 2.
La consommation quotidienne de 150 ml de jus d'orange s'intègre bien dans un petit déjeuner riche en fer, puisque la vitamine C stimule l'absorption du fer.
Seulement 6-24% des enfants en Europe atteignent les 400g de fruits et légumes recommandés par jour par l'OMS. Les jus de fruits peuvent aider à atteindre les valeurs nutritionnelles recommandées. Il est vrai que le jus de fruit est complémentaire au fruit, mais il ne le remplace pas.
Un verre de jus de fruits par jour peut compter parmi la quantité quotidienne de fruits et de légumes recommandée.

Avertissement: L'information est exclusivement destinée aux professionnels de la santé et aux publics concernés et n'est pas adaptée à des circonstances personnelles ou spécifiques. L'information ne peut être considérée comme un conseil personnel, professionnel ou juridique pour l'utilisateur. Consultez votre professionnel de la santé avant de modifier votre régime alimentaire. Nous mettons tout en œuvre pour vérifier et maintenir les informations contenues dans ce document.

Partout dans le monde, une proportion importante de la population - à la fois chez les enfants et les adultes - ne consomme pas la quantité journalière de fruits et légumes recommandée par les nutritionnistes et les sociétés scientifiques. 

La consommation de jus de fruits, plus élevée chez les enfants, diminue petit à petit à l’adolescence, la consommation la plus faible survenant à l’âge adulte. 

La consommation de jus de fruits dans le monde

Une publication de 2010 rend compte de la consommation de jus de fruits chez 569 000 individus dans 46 pays du monde entier. Elle constate une consommation plus élevée en Australie (156 ml/jour) tandis qu’en moyenne, les pays asiatiques présentent des niveaux de consommation faibles, les plus bas étant signalés en Asie orientale avec juste 3 ml/jour. En moyenne, la consommation est plus importante dans les pays à revenu élevé : 60 ml/jour contre 7 ml/jour dans les pays à faible revenu. Dans toutes les zones géographiques étudiées, la consommation des femmes est plus élevée que celle des hommes. 

Consommation des jus de fruits au fil du temps

Si l’on examine les études qui ont été menées en Italie au fil des années, il est possible de comprendre comment les habitudes des consommateurs ont changé par rapport au choix des fruits, des légumes et des jus de fruits. La consommation des jus de fruits était similaire dans les deux premières études menées en 1980-1984 et 1994-1996, dans lesquelles il est noté une consommation quotidienne moyenne de 21 ml/jour. Dans l’étude la plus récente menée en 2005-2006, les données montrent une forte augmentation (64 ml/jour).

Des tailles de portions adéquates 

Au Royaume-Uni, on recommande aux consommateurs de boire jusqu’à 150 ml de jus de fruits par jour, cette boisson comptant pour une portion de fruit parmi les 5 journalières recommandées. Cette quantité équivaut à 62 kcal, soit environ 3 % de l’apport calorique quotidien (sur une base de 2000 kcal). En Italie, la portion de jus de fruits recommandée est de 200 ml. 

Aux États-Unis, les recommandations alimentaires 2015-2020 utilisent « l’équivalent d’une tasse », soit 237 ml, comme référence pour les fruits entiers et les jus de fruits. Il est recommandé de consommer tous les jours l’équivalent de 2 tasses de fruits, dont moins de la moitié peut être sous forme de jus de fruits sans sucres ajoutés. Pour la American Heart Association, les portions de fruits et de jus de fruits coïncident, chacune correspondant à la moitié d’une tasse, c.-à-d. 4oz (soit la moitié d’un fruit ou 115 ml d’une boisson). L’une des portions de fruits recommandées peut être remplacée par la consommation de jus de fruits. 

Le jus de fruits remplace-t-il le lait ?

Selon les données analysées dans les deux études menées sur des enfants et des adolescents américains, une consommation plus importante de jus de fruits, de légumes et de fruits n’est pas associée à une moindre consommation de lait. Mêmes conclusions dans une analyse secondaire de la UK National Diet and Nutrition Survey (étude britannique sur la nutrition et l’alimentation nationales) qui conclut que les consommateurs de jus de fruits ont tendance à consommer davantage de fruits entiers (à la fois les adultes et les adolescents) et sont plus susceptibles de manger trois à cinq portions journalières de fruits et de légumes. À l’inverse, les non consommateurs de jus de fruits sont moins susceptibles de respecter ces recommandations. 

Jus de fruits contre consommation de fruits et de légumes 

Selon des estimations de l’étude NHANES (2007-2010), seules 40 % des personnes âgées de 1 à 18 ans déclarent une consommation de fruits correspondant aux recommandations américaines. Des niveaux de consommation plus élevés sont constatés chez les enfants âgés de 2 à 5 ans, mais diminuent progressivement avec l’âge. Les enfants de cette catégorie d’âge consomment moins de fruits entiers et plus de jus de fruits comparés aux groupes d’âges supérieurs dans lesquels cette tendance est inversée. Si l’on prend en compte la consommation totale de fruits, près de 35 % provient de jus, et ce pourcentage ne change pas dans les données les plus récentes issues de l’étude NHANES 2011-2012. 

Certaines études européennes (Irlande, Pays-Bas et Royaume-Uni), menées entre 2003 et 2006 sur des enfants âgés de 4 à18 ans, montrent que la consommation de fruits et légumes augmente en même temps que la consommation de jus de fruits. Une grande étude s’intéressant aux choix de boisson de 2741 adolescents européens montre qu’environ la moitié d’entre eux indique consommer des jus de fruits. La quantité moyenne journalière était de 132 ml (l’équivalent d’env. 70 kcal).

Conclusion:

Des données internationales suggèrent que la consommation de fruits, de légumes et de jus de fruits varie en fonction de l’âge, du sexe et du pays. La consommation de jus de fruits est plus élevée dans les pays à revenu élevé, chez les jeunes enfants et les femmes. Entre l’enfance et l’adolescence, la quantité de fruits ingérée tend à diminuer, près de la moitié des adolescents européens indiquant en consommer. Boire du jus de fruits est lié à une consommation plus importante de fruits et ne semble pas remplacer le lait. Dans leurs recommandations, plusieurs pays assimilent une portion quotidienne de jus de fruits à une portion de fruits.


Références

[1] Singh GM et al. (2015)

Global burden of diseases nutrition and chronic diseases expert group. Global, regional and national consumption of sugar-sweetened beverages, fruit juices and milk: a systematic assessment of beverage intake in 187 countries

[2] Lewis HB et al. (2012)

How much should I eat? A comparison of suggested portion sizes in the UK. Public Health Nutrition 15: 2110-7

[3] Società Italiana di Nutrizione Umana – SINU (2014)

Livelli di Assunzione di Riferimento di Nutrienti ed energia per la popolazione italiana –  IV Revisione. SICS Ed

[4] US Department of Health and Human Services and US Department of Agriculture (2015)

2015-2020 Dietary Guidelines for Americans. (2015) 8th Edition

[6] Kranz S et al. (2004)

Changes in diet quality of American pre-schoolers between 1977 and 1998. American Journal of Public Health 94: 1525-30

[7] Fulgoni VL (2012)

National trends in beverage consumption in children from birth to 5 years: analysis of NHANES across three decades. Nutr J 11: 92

[8] Gibson S & Ruxton CHS (2016)

Fruit juice consumption is associated with intakes of whole fruit and vegetables, as well as non-milk extrinsic sugars: a secondary analysis of the National Diet and Nutrition Survey. Proc Nutr Soc 75 (OCE3): E259

[9] Herrick KA (2015)

Fruit Consumption by Youth in the United States. Pediatrics 136: 664-71

[10] Kim SA (2014)

Vital Signs: Fruit and Vegetable Intake Among Children - United States, 2003–2010. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 63: 671-6

[11] Leclercq C (2009)

The Italian National Food Consumption Survey INRAN-SCAI 2005-06: main results in terms of food consumption. Publ Health Nutr 12: 2504-2532

[12] Minaker L & Hammond D (2016)

Low frequency of fruit and vegetable consumption among Canadian youth: Findings from the 2012/2013 Youth Smoking Survey. J School Health 86: 135 – 42

[13] Duffey KJ et al. (2012)

Beverage consumption among European adolescents in the HELENA Study. Eur J Clin Nutr 66: 244–252

[14] Nardone P Il Sistema di sorveglianza OKkio alla SALUTE: risultati (2010)

Centro Nazionale di Epidemiologia, Sorveglianza e Promozione della Salute. Istituto Superiore Sanità (2016) Roma 

[15] Cavallo F (2016)

4th Italian report from the international study HBSC. Ministero della Salute. Centro per la Prevenzione e il Controllo delle Malattie. Strampatre s.r.l. Torino

[16] O’Connor L et al. (2013)

Dietary energy density and its association with the nutritional quality of the diet of children and teenagers. J Nutr Sci 2: 1 – 8

[17] Gibson S. & Boyd A (2009)

Associations between added sugars and micronutrient intakes and status: further analysis from the National Diet and Nutrition Survey of young people aged 4 to 18 years. Brit J Nutr 101: 100-7

[18] Oude Griep LM et al. (2011)

Raw and processed fruit and vegetable consumption and 10-year stroke incidence in a population-based cohort study in the Netherlands. Eur J Clin Nutr 65: 791-9