Les bénéfices nutritionnels des jus de fruits

Effet de la transformation sur L'augmentation de la biodisponibilité des composés du jus de fruits

Le jus de fruits, et particulièrement le jus d’orange, est une bonne source de nutriments et de composés bioactifs tels que les caroténoïdes et les flavonoïdes.

Les caroténoïdes et les flavonoïdes sont biodisponibles dans les jus de fruits. La biodisponibilité correspond à la part potentiellement absorbable d'un nutriment pour être utilisé par le corps.

Le jus de fruits du commerce présente une biodisponibilité en flavonoïdes comparable à celle du fruit entier mais une plus grande biodisponibilité en caroténoïdes.

Il est comparable au jus fraîchement pressé en termes d'absorption de flavonoïdes et de métabolisme, ce qui suggère qu'il a une valeur nutritionnelle équivalente pour les composés bioactifs.

Diverses études ont confirmé l'effet potentiel sur la santé des composés bioactifs présents dans le jus de fruits. Aucune allégation de santé de l'UE n'a cependant encore été autorisée pour les flavanoïdes d'agrumes.

Response after drinking

Juice consumption at 0 hours Plasma level of hesperetin in nmol/l Hours after juice consumption Packaged orange juice Jus d'orange
[infographic.02_effect graph conclusion] Silveira JQ et al. (2014) Pharmacokinetics of flavanone glycosides after ingestion of single doses of fresh-squeezed orange juice versus commercially processed orange juice in healthy humans. J Agric Food Chem 62: 12576-84.

Avertissement : Tous les efforts ont été faits pour s'assurer que l'information contenue dans ce document est fiable et a été vérifiée. L'information est destinée à une communication non commerciale aux professionnels de la santé uniquement. Il n'est pas destiné aux consommateurs. L'AIJN décline toute responsabilité si ces informations sont utilisées ou présentées à des fins promotionnelles ou commerciales.

Les jus de fruits contiennent une variété de minéraux, de vitamines et de composants bioactifs, tels que des composés phytochimiques importants pour préserver la santé. Pour une alimentation saine et équilibrée, il est habituellement recommandé de consommer chaque jour de nombreux fruits et légumes afin de répondre à nos besoins en vitamines et minéraux. Toutefois, dans le cadre de ce modèle, une consommation modérée de jus de fruits peut assurer un apport important de potassium et d’autres micronutriments.  

Teneur affichée en vitamines et minéraux

Selon le règlement 1924/2006 de l’Union européenne, pour pouvoir utiliser une allégation nutritionnelle, 100 g d’un aliment ou 100 ml d’une boisson doivent contenir respectivement au moins 15 % ou 7,5% de la valeur nutritionnelle de référence (VNR). À ce titre, les jus, d’orange, de pamplemousse, de citron, d’ananas et de tomate peuvent être déclarés « source » de vitamine C ; les jus d’orange, d’ananas et de tomate répondent à ces critères pour le potassium ; et le jus d’orange est également source de folate. 

Les nutriments présents dans le jus de fruits proviennent directement du fruit pressé. La comparaison entre la quantité de micronutriments, vitamine A, folate, vitamine C, calcium, magnésium et potassium présents dans les jus et les fruits entiers avant pressage, n’a pas permis de dégager de différences significatives. Dans certains cas, le sodium est plus élevé dans le jus de fruits, tandis que la teneur en potassium, phosphore et magnésium peut être plus faible comparée à l’extrait de fruit frais correspondant.  

Bienfaits nutritionnels

L’absorption intestinale du fer non héminique est inhibée par certains composants présents dans les aliments, tels que les phytates ou les composés polyphénoliques, et inversement, elle est favorisée par d’autres composants tels que la vitamine C (acide ascorbique). À cet égard, le rôle de la vitamine C est tellement important que l’OMS a pris en compte son impact sur la biodisponibilité en mettant au point ses valeurs de référence des aliments. Ainsi, la consommation de jus de fruits avec des aliments riches en fer non héminique peut améliorer l’absorption de cet oligo-élément. 

Les provitamines caroténoïdes (par exemple, le bêta-carotène), présentes dans les fruits et les légumes, représentent environ 40 % de la vitamine A consommée chaque jour dans les pays occidentaux. Une étude menée auprès de 8861 sujets, dont 2310 qui buvaient systématiquement du jus de fruits, fait état d’un apport quotidien en vitamine A plus élevé de 14 % chez les personnes buvant régulièrement du jus d’orange par rapport à celles n’en buvant pas (660 μg d’équivalent rétinol/jour contre 580 μg d’équivalent rétinol/jour respectivement). 

Une autre étude ayant analysé les caroténoïdes présents dans le sang a trouvé des concentrations sanguines d’alpha-carotène plus élevées après consommation de jus qu’après consommation de légumes entiers crus ou cuits. Les jus de fruits (et de légumes) possèdent généralement une teneur plus élevée en certains micronutriments dont la biodisponibilité, comme dans le cas des provitamines caroténoïdes, peut être supérieure à celle des fruits et légumes entiers crus ou cuits correspondants. 

Potassium et tension artérielle

On trouve des quantités significatives de potassium dans les jus de fruits, ainsi que dans les légumes, les céréales entières et les légumes. En Europe, l’apport quotidien moyen de potassium est de 2463 à 3991 mg/jour chez les adultes. L’OMS, se basant sur une analyse systémique de la littérature, suggère un apport en potassium de 3510 mg/jour afin de contrôler la tension artérielle et réduire le risque de maladie cardiovasculaire, en particulier l’AVC. La consommation de jus de fruits en quantité modérée (env. 150-200 ml par jour) et dans le cadre d’une alimentation équilibrée pourrait aider les consommateurs à atteindre les apports recommandés en potassium et contribuer à maintenir une pression artérielle normale dans la population générale. 

Densité énergétique des jus de fruits  

Certaines préoccupations ont été exprimées sur le fait que la teneur en calories des jus de fruits (provenant des sucres des fruits) pouvait modifier la qualité nutritionnelle générale de l’alimentation et contribuer à un effet de « dilution des nutriments ». Selon certaines études, en dépit de leur densité calorique qui n’est pas élevée, la consommation de jus de fruits n’est pas associée à la dilution des micronutriments essentiels tels que la vitamine A ; c’est même tout le contraire puisque les jus peuvent contribuer à atteindre les apports recommandés pour ces nutriments.

Agents phytochimiques

Les phytocomposants, comme les caroténoïdes, et plus particulièrement, la lutéine, le bêta-carotène et le lycopène, ainsi que les polyphénols sont présents dans de nombreux jus de fruits. En ce qui concerne les agrumes, la plupart des composés phénoliques se trouvant dans la peau, le pressage industriel permet à une plus grande quantité de phytocomposants de passer dans le jus.

Conclusion:

Habituellement, les recommandations alimentaires misent sur un apport en vitamines et en minéraux provenant de préférence des fruits et des légumes, dans le cadre d’une alimentation globale équilibrée. Les jus de fruits possèdent une densité élevée de certains micronutriments et leur consommation est associée à un meilleur respect des recommandations alimentaires en matière de vitamines et de minéraux. Les inquiétudes, selon lesquelles la teneur en sucre naturel des jus pourrait nuire à la qualité de l’alimentation ou à l’apport calorique, ne sont pas fondées. Les jus de fruits peuvent être déclarés « sources » de micronutriments essentiels, et certains composés nutritionnels présents dans les jus ont une biodisponibilité meilleure que les fruits frais dont ils sont issus.   

Références

[1] Annex XIII of Regulation 1169/2011

[2] Serpen JY (2012)

Comparison of sugar content in bottled 100% fruit juice versus extracted juice of fresh fruit. Food Nutr Sci 3: 1509-1513

[3] EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (2015)

Scientific Opinion on Dietary Reference Values for iron. EFSA J 13:4254, 115 pp

[4] O’Neil CE et al. (2012)

100% Orange Juice consumption is associated with better diet quality, improved nutrient adequacy, decreased risk for obesity, and improved biomarkers of health in adults: National Health and Examination Survey, 2003 – 2006. Nutr J

[5] McEligot AJ et al. (1999)

Comparison of serum carotenoid responses between women consuming vegetable juice and women consuming raw or cooked vegetables. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 8: 227-231

[6] EFSA (2012)

Use of the EFSA Comprehensive European Food 1767 Consumption Database in Exposure Assessment. EFSA J 9(3): 2097, 34 pp

[7] World Health Organization (2012)

Effect of increased potassium intake on blood pressure, renal function, blood lipids and other potential adverse effects. WHO: Geneva, Switzerland

[8] EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies Scientific (2010)

No 1924/20061. EFSA J 8:1469, 17 pp 

[9] O’Connor L et al. (2013)

Dietary energy and its association with the nutritional quality of the diet of children and teenagers. J NutrSci 2: e10

[10] Gibson S et al. (2009)

Associations between added sugars and micronutrient intakes and status: further analysis of data from the National Diet and Nutrition Survey of Young People aged 4 to 18 years. Br J Nutr 101: 100–107

[11] Peleg H et al. (1991)

Distribution of bound and free phenolic acids in oranges (Citrus sinensis) and grapefruits (Citrus paradisi). J Sci Food Agric 57:417–426

[12] Gil-Izquierdo A et al. (2002)

Effect of processing techniques at industrial scale on orange juice antioxidant and beneficial health compounds. J Agric Food Chem 50: 5107–5114