Les éléments nutritifs contenus dans les jus de fruits sont bio-disponibles

Conformément à la réglementation européenne, il n’y a aucun ajout dans les jus de fruits, c'est pourquoi leur composition reflète la teneur en nutriments des fruits à partir desquels ils sont fabriqués. A titre d’exemple, la composition nutritionnelle d’un jus d'orange est indiquée ci-dessous pour 100 g. Les valeurs en rouge représentent les allégations officielles de "source" qui peuvent être indiquées sur l'emballage.

 

Fruitjuicematters

En plus de ces nutriments, un jus de fruits contient des substances bioactives telles que les caroténoïdes (lutéines et cryptoxanthines principalement), les polyphénols (hespéridine et narirutine qui font partie du groupe flavanone) et la pectine (fibre). 

Des essais cliniques ont démontré que l'hespéridine a un effet bénéfique sur les troubles neurologiques, les troubles psychiatriques et les maladies cardiovasculaires. Les effets sur la santé cérébrale peuvent être dues au fait que les flavonoïdes d'agrumes traversent la barrière hémato-encéphalique, augmentant ainsi leur utilité en tant que candidats pour aider à réduire le risque de neurodégénérescence. Les autres effets attribués à l'hespéridine comprennent les effets antioxydants et anti-allergiques, l'activité immunomodulatrice, l'atténuation des troubles hormonaux, l'activité antiulcéreuse et la cicatrisation potentielle des plaies. 

Qu'est-ce que la biodisponibilité ? 

La biodisponibilité est le degré auquel les nutriments alimentaires sont disponibles pour l'absorption et l'utilisation dans le corps. Par exemple, les épinards sont riches en fer mais, en raison d'autres composés naturels, comme l'acide oxalique, moins de 10 % de celui-ci est absorbé. Cependant, certains aliments et nutriments peuvent optimiser la biodisponibilité. Dans le cas des épinards, l'absorption du fer peut être améliorée par l'ajout d'un verre de jus de fruits.

Fruitjuicematters

En plus de ces nutriments, un jus de fruits contient des substances bioactives telles que les caroténoïdes (lutéines et cryptoxanthines principalement), les polyphénols (hespéridine et narirutine qui font partie du groupe flavanone) et la pectine (fibre). 

Des essais cliniques ont démontré que l'hespéridine a un effet bénéfique sur les troubles neurologiques, les troubles psychiatriques et les maladies cardiovasculaires. Les effets sur la santé cérébrale peuvent être dues au fait que les flavonoïdes d'agrumes traversent la barrière hémato-encéphalique, augmentant ainsi leur utilité en tant que candidats pour aider à réduire le risque de neurodégénérescence. Les autres effets attribués à l'hespéridine comprennent les effets antioxydants et anti-allergiques, l'activité immunomodulatrice, l'atténuation des troubles hormonaux, l'activité antiulcéreuse et la cicatrisation potentielle des plaies. 

Qu'est-ce que la biodisponibilité ? 

La biodisponibilité est le degré auquel les nutriments alimentaires sont disponibles pour l'absorption et l'utilisation dans le corps. Par exemple, les épinards sont riches en fer mais, en raison d'autres composés naturels, comme l'acide oxalique, moins de 10 % de celui-ci est absorbé. Cependant, certains aliments et nutriments peuvent optimiser la biodisponibilité. Dans le cas des épinards, l'absorption du fer peut être améliorée par l'ajout d'un verre de jus de fruits .

Les nutriments contenus dans le jus de fruits sont-ils biodisponibles ? 

La biodisponibilité des polyphénols dans le jus d'orange a été mesurée chez 12 adultes qui ont suivi un régime pauvre en polyphénols pendant 2 jours avant de recevoir 250 ml de pulpe enrichie de jus d'orange ou une boisson placebo, à la suite d'un lavage de 2 semaines. Le jus d'orange contenait 584 mmol de polyphénols, principalement sous forme de flavonoïdes.

L'échantillonnage d'urine sur 24 heures a montré que les métabolites de la flavanone apparaissaient 2 à 10 heures après la consommation, ce qui est conforme à l’état des connaissances selon lesquelles les flavonoïdes sont absorbées à la fois dans l'intestin grêle et le gros intestin. Les catabolites de flavanone (produites lors de la décomposition) ont été observées en grande quantité, équivalant à 88 % de ce qui avait été consommé. Ces résultats suggèrent que les polyphénols présents dans le jus d'orange semblent être plus biodisponibles qu'on ne le pensait auparavant.  

Une étude à plus long terme a examiné la biodisponibilité des nutriments et des substances bioactives dans le jus d’orange . Pendant 3 semaines, 13 adultes de poids normal et en bonne santé ont bu 236 ml de jus par jour, ce qui a fourni 256 mg de vitamine C, 229 mg d'hespéridine, 6 mg de caroténoïdes et 160 µg de folate. 

Par rapport aux valeurs de référence, l'échantillonnage sanguin a révélé une augmentation significative des niveaux de nutriments, c'est-à-dire que les niveaux de vitamine C et de folate ont augmenté d'environ 50 %, tandis que les niveaux de flavanone ont été multipliés par 8. Le taux de caroténoïdes a augmenté de 22 %. Les résultats urinaires ont confirmé une excrétion 9 fois plus élevée de flavonoïdes qui sont revenues aux niveaux de base dans les 2 semaines suivant l'arrêt de la consommation de jus. 

Il est intéressant de noter que le poids des sujets n'a pas changé au cours de l'étude et que les participants ont fait état d'une consommation moindre de collations et de portions plus petites de repas. 

Fruitjuicematters
Comment les jus se comparent-ils aux fruits entiers ? 

Aschoff et al. (2015) ont comparé la biodisponibilité de la ß-cryptoxanthine, de la lutéine, de la zéaxanthine et de la zéinoxanthine provenant d'oranges fraîches (400 g) à celle du jus d'orange pasteurisé (719 g). En utilisant un plan croisé randomisé chez 12 participants, une quantité connue de ß-cryptoxanthine a été fournie dans les deux conditions d'essai. Des échantillons de sang ont été prélevés toutes les heures pendant les 10 heures suivantes.  

Les résultats ont montré que la ß-cryptoxanthine était 1,8 fois plus biodisponible dans le jus d'orange que dans les oranges entières. D'après une méthode in vitro distincte, la ß-cryptoxanthine était 5 fois plus bio accessible dans le jus d'orange que dans les oranges entières (voir le graphique de gauche pour la ß-cryptoxanthine ; il y avait aussi une tendance similaire bien que non statistiquement significative pour la lutéine). Les différences peuvent être dues à des niveaux élevés de pectine dans le fruit entier inhibant l'absorption, ou à la perturbation des parois cellulaires liée au jus d'orange conduisant à une plus grande libération de ß-cryptoxanthine. D'autres travaux ont montré qu'une plus grande quantité de caroténoïdes dans le jus d'orange sont présents sous forme de gouttelettes, ce qui peut expliquer pourquoi l'absorption de jus de fruits est plus grande que celle de fruits entiers. 

Une deuxième étude similaire a examiné la biodisponibilité des flavonoïdes, de l'hespéridine et de la narirutine, dans le jus d'orange par rapport aux oranges entières. Pour ce faire, on a suivi l'excrétion d'une quantité connue de flavonoïdes dans l'urine. Bien que la teneur en hespéridine des oranges entières soit 2,3 fois plus élevée que dans le jus d'orange, l'excrétion urinaire sur 24 heures de l'hespéritine (le métabolite) était similaire. 

Cela pourrait signifier que l'absorption et le métabolisme des flavonoïdes alimentaires est saturé lorsque l'apport dépasse une certaine limite, peut-être en raison d'une mauvaise solubilité ou de limitations des mécanismes de transport dans l'intestin. Ou encore, cela pourrait signifier que les flavonoïdes dans le fruit entier ne sont pas très biodisponibles en raison de leur teneur en fibres. Les fibres alimentaires dans les oranges sont 16 fois plus élevées que dans le jus d'orange.

Fruitjuicematters
Fruitjuicematters
Jus frais versus jus transformé 

On suppose que le jus de fruits du commerce contient des niveaux inférieurs de vitamines en raison de l'impact de la durée de conservation, on suppose également qu'il est moins utile sur le plan nutritionnel que le jus fraîchement pressé. 

Ceci a été étudié pour le jus d'orange dans un essai croisé randomisé chez 24 adultes où les deux types de jus ont été administrés pendant 2 jours chacun, séparés par un lavage de 30 jours. Les prélèvements de sang et d'urine n'ont révélé aucune différence statistique dans le métabolisme des flavonoïdes, de l'hespéridine et de la narirutine provenant de produits transformés (jus d'orange ). Cependant, en raison des différences dans la teneur en flavanone (58 mg traités par rapport à 16 mg frais), l'absorption intestinale et l'excrétion urinaire étaient significativement plus élevées après la consommation du jus d'orange du commerce. Dans l'ensemble, cela s'est traduit par une biodisponibilité accrue de 1,6 fois (voir le diagramme de droite). 

Les flavonoïdes sont connues pour être des composés solubles qui se trouvent dans le nuage de jus, plutôt que dans le matériau de la paroi cellulaire. Les auteurs ont proposé que la riche teneur en flavonoïdes du jus d'orange pourrait être responsable de certains des effets sur la santé observés dans les études, c'est-à-dire des réponses antioxydantes et anti-inflammatoires. 

Dans d'autres travaux, l'accent mis sur la dégradation de la vitamine C dans les aliments traités thermiquement peut être plutôt étroit, car les résultats pour la santé pourraient être déterminés par des mélanges complexes de substances phytochimiques plutôt que par un seul antioxydant. Par exemple, la vitamine C ne fournit que 0,4 % de l'activité antioxydante totale des pommes, le reste de l'activité étant dû aux phénols, aux flavonoïdes et aux anthocyanines. Par conséquent, un large spectre de substances bioactives dans les aliments devrait être pris en compte dans les études futures, ainsi que la teneur en eau qui peut influencer la concentration des nutriments. 

Rôle des composés bioactifs dans l'organisme 

Diverses études ont confirmé l'impact potentiel sur la santé des composés bioactifs présents dans le jus de fruits. Dans un essai contrôlé chez des participants diabétiques, l'hespéridine a réduit les dommages oxydatifs de l'ADN et la peroxydation des lipides. Dans un autre essai, la ß-cryptoxanthine a réduit le cholestérol LDL et HDL ainsi que les marqueurs du renouvellement osseux modifiés positivement. On a constaté que la lutéine et la zéaxanthine restaurent partiellement la vision chez les personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge, tandis que les flavonoïdes d'agrumes peuvent réduire le risque de maladies neurodégénératives. Aucune allégation de santé de l'UE n'a encore été autorisée pour les flavonoïdes d'agrumes, mais des allégations existent pour les polyphénols d'olive (oxydation des lipides sanguins) et les flavanols de cacao (santé vasculaire).

Biodisponibilité et vieillissement 

La disponibilité et le métabolisme des nutriments sont affectés par le vieillissement. Une étude d'observation portant sur 2 118 femmes de six pays européens a examiné les taux sanguins de caroténoïdes et de tocophérol (une forme de vitamine E). Les femmes plus âgées avaient des niveaux plus faibles de caroténoïdes mais des niveaux plus élevés de tocophérol. Comme les femmes plus âgées consommaient davantage de fruits et de jus de fruits (les deux sources de caroténoïdes), il est probable que les différences liées à l'âge étaient dues à une biodisponibilité plus faible ou à des modes de stockage différents dans l'organisme. Si tel était le cas, une consommation plus élevée de fruits et de jus de fruits pourrait être un moyen important de prévenir une baisse significative du statut de caroténoïde chez les personnes âgées. 


Conclusion 

Ce recueil d'études le montre : 
- Les jus de fruits, en particulier le jus d'orange , est une source précieuse de nutriments et de bioactifs tels que les caroténoïdes et les flavonoïdes ; Ces bioactifs sont biodisponibles dans les jus de fruits ; 
- Les jus de fruits transformés ont une biodiponibilité des flavonoïdes similaire à celle des fruits entiers, mais une biodisponibilité plus élevée des caroténoïdes ;
- Le jus de fruits transformés se comparent bien au jus fraîchement pressé en termes d'absorption et de métabolisme des flavonoïdes, ce qui suggère qu'il a une valeur nutritionnelle équivalente ;
- Des études suggèrent que les composés bioactifs à base de fruits peuvent jouer un rôle dans le maintien d'une santé normale et la réduction du risque de certaines maladies chroniques. 

Avertissement : Tous les efforts ont été faits pour s'assurer que l'information contenue dans ce document est fiable et a été vérifiée. L'information est destinée à une communication non commerciale aux professionnels de la santé uniquement. Les informations contenues dans ce dossier ne constituent pas des conseils diététiques.

Références

[1] Li C & Schluesener H (2017)

Health-promoting effects of the citrus flavanone hesperidin. Crit Rev Food Sci Nutr 57: 613-631. 

[2] Hwang SL et al. (2012)

Neuroprotective effects of citrus flavonoids. J Agric Food Chem 60:877-85. 

[3] Garg A et al. (2001)

Chemistry and pharmacology of the Citrus bioflavonoid hesperidin. Phytother Res 15: 655-69.

[5] Pereira-Caro G et al. (2014)

Orange juice (poly)phenols are highly bioavailable in humans. Am J Clin Nutr 100: 1378-84.

[6] Aschoff JK et al. (2015)

Bioavailability of β-cryptoxanthin is greater from pasteurized orange juice than from fresh oranges - a randomized crossover study. Mol Nutr Food Res 59: 1896-904.

[7] Cervantes-Paz B et al. (2017)

Effects of pectin on lipid digestion and possible implications for carotenoid bioavailability during pre-absorptive stages: A review. Food Res Int 99: 917-927.

[8] Aschoff JK et al. (2016)

Urinary excretion of Citrus flavanones and their major catabolites after consumption of fresh oranges and pasteurized orange juice: A randomized cross-over study. Mol Nutr Food Res 60: 2602-2610.

[9] Silveira JQ et al. (2014)

Pharmacokinetics of flavanone glycosides after ingestion of single doses of fresh-squeezed orange juice versus commercially processed orange juice in healthy humans. J Agric Food Chem 62: 12576-84.

[10] Nayak B et al. (2015)

Effect of processing on phenolic antioxidants of fruits, vegetables, and grains--a review. Crit Rev Food Sci Nutr 55: 887-919. 

[11] Homayouni F et al. (2017)

Hesperidin Supplementation Alleviates Oxidative DNA Damage and Lipid Peroxidation in Type 2 Diabetes: A Randomized Double-Blind Placebo-Controlled Clinical Trial. Phytother Res 31: 1539-1545.

[12] Granado-Lorencio F et al. (2014)

Effect of β-cryptoxanthin plus phytosterols on cardiovascular risk and bone turnover markers in postmenopausal women: a randomized crossover trial. Nutr Metab Cardiovasc Dis 24: 1090-6. 

[13] Liu R et al. (2014)

Lutein and zeaxanthin supplementation and association with visual function in age-related macular degeneration. Invest Ophthalmol Vis Sci 56 :252-8.

[14] Cirmi S et al (2016)

Neurodegenerative Diseases: Might Citrus Flavonoids Play a Protective Role? Molecules 21. pii: E1312.

[15] Stuetz W et al. (2016)

Plasma Carotenoids, Tocopherols, and Retinol in the Age-Stratified (35-74 Years) General Population: A Cross-Sectional Study in Six European Countries. Nutrients 8: E614.